Miwa Saito - Les jardins de Nipponia 

RENCONTRE : J'ai envie de partager avec vous la rencontre que j'ai faite avec Miwa Saito, cet été en woofing ! ðŸ™â­ - Miwa est une jeune femme Japonaise de 28 ans qui vie à Lège dans un lieu partagé, dont nous nous inspirerons pour l'école, et qui tend vers l'autonomie. Miwa a de multiples ressources ! Elle m'a proposé d'en partager avec l'école, elle viendra d'ailleurs nous aider à : construire une yourte - initiation à la danse Japonaise - écrire des mots en Japonais - faire de la cuisine - présenter une partie de sa collection de Kimono et parler Japonais.

 

Elle propose également, avec son association Les jardins de Nipponia, des ateliers de teintures naturelles. C'est au cours d'un de ces ateliers que j'ai pu fabriquer le drapeau de l'école que vous voyez en exclusivité ! Une jolie étoile couleur INDIGO, une couleur vivante ! Un grand merci à elle pour ce beau partenariat qui permettra de partager dans l'école la culture Japonaise!

Pour en savoir plus, rendez-vous sur

sa page facebook

Caroline et Jérôme - Aux Jardins des colibris

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre parcours ?

Nous nous sommes rencontrés il y a 10 ans, nous avons fait comme la plupart des gens, cherché du travail, et nous sommes retrouvés sur Paris, cadres en entreprise, dans la communication et la vidéo.

Nous nous sommes vite rendus compte que cette vie n'était pas celle que nous souhaitions, et pour nous et pour nos enfants. Quand notre fils Charly a eu 18 mois, nous avons décidé de prendre l'air et pendant ce voyage nous avons décidé de changer de vie, de quitter Paris.

Jérôme a toujours eu comme projet de vivre à la campagne et de planter des arbres. Je ne savais pas trop ce que cela impliquait, mais je savais que travailler à produire du vent pour avoir un salaire et une vie confortable n'était pas fait pour moi. Puis tout s'est enchaîné, un choix de destination, Nantes, un nouvel emploi pour Jérôme très rapidement, et la vente de la maison.

J'ai décidé quelques mois plus tard de me former en agriculture et nous avons commencé à chercher un terrain.

Un an après, nous attendions un deuxième enfant, Romane, nous avions trouvé une ancienne ferme, où tout était à faire, et j'ai commencé à travailler dans les jardins tout en continuant à me former chez un maraîcher. C'est d'ailleurs chez lui que j'ai commencé à entendre parler d'école alternative, par l'intermédiaire de sa compagne, Louise, qui a elle-même monté une école alternative en Vendée, il y a quelques années.

Puis, petit à petit, le mode d'agriculture biologique que l'on m'avait enseigné, la mécanisation, l'ampleur des terres à travailler et l'énergie mal utilisée, nous a fait remettre en question tout notre projet. Au début, nous n'avions pas compris l'ampleur de la tâche à accomplir, pour être en accord avec nos pensées, avec ce que l'on commençait à comprendre du monde dans lequel on vivait, de l'autodestruction à laquelle on continuait à contribuer. Je veux dire que l'agriculteur, qui étymologiquement veut dire "soigneur de terre", doit aller dans plus de compréhension du monde du vivant s'il veut jouer son rôle.

Je suis alors partie me former en permaculture sur la ferme du Bec Hellouin en Normandie, et là j'ai compris beaucoup de choses.

Nous avons remis en question toutes nos pratiques, nous allons aujourd'hui très loin dans le respect de la vie du sol.

Après 4 années passées à apprendre et à comprendre, à essayer et à faire d'autres choix techniques, nous sommes aujourd'hui jardinier-maraîchers sur une petite surface de 3000m2, sans mécanisation, sans intrants et dans le plus total respect de la biodiversité qui se développe sur le lieu.

La permaculture nous a également conduits à revoir nos opinions et notre façon de voir les choses sur beaucoup d'autres sujets, comme la scolarité par exemple.

Cette année, nous avons fait le choix de déscolariser nos enfants, qui sont maintenant en apprentissages libres et autonomes à la ferme.

Nous sommes en perpétuelle évolution et nous n'aurons jamais fini de grandir.

Auriez-vous aimé être dans une école démocratique ?  

Oui, parce qu'à l'école je ne me suis jamais sentie à ma place, je me sentais "différente".

​

Pourquoi avez-vous accepté d'être parrains ?

Parce que le projet nous plaît, parce que cela nous semble juste et pour soutenir la démarche et les belles énergies !

​

Qu'aimeriez-vous apporter à l'école ? 

Notre expérience, nos conseils en jardinage naturel, une petite pierre à l'édifice.

​

Pourriez-vous nous donner 5 mots qui vous définissent ou vous inspirent ? 

Liberté, Conscience, Soin, Présence, (R)évolution

​

Quel outils, instruments de musique, matériel aimeriez-vous voir dans l'école ? 

Un mélodica, car c'est un chouette instrument, amusant, facile à utiliser pour les enfants, et que nos enfants adorent.

​

De quel(s) livre(s) auriez-vous envie de nous parler, qui vous a touché et ou inspiré ? 

Nous adorons le livre "la révolution d'un seul brin de paille" de Masanobu Fukuoka, qui nous a beaucoup inspiré, qui exprime beaucoup de choses tant techniques que philosophiques. Rien que le titre est très parlant.

​

Une vidéo ou reportage ?

Nous avons beaucoup aimé En quête de sens, qui a contribué à notre éveil de conscience.

​

En quoi le lieu pourrait vous apporter, en pro et ou en perso ?

Il pourrait nous apporter des échanges, du partage, de la bienveillance commune.

​

Retrouvez les actualités de Caroline et Jérôme sur leur page facebook Aux jardins des colibris ! 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now